ENSEMBLE FORUM 28

ENSEMBLE FORUM 28

ACCUEIL POLITIQUE/CITOYENNETÉ SOCIAL/LUTTES ÉCOLOGIE SOLIDARITÉS MONDE RÉTROVISEUR ENSEMBLE! AILLEURS SUR LES SITES CULTURE(S) AGENDA

UN SAMEDI SUR LE PÉRIPH’ DE NANTES

POUR DIRE « NON ! » AUX EXPULSIONS

DE PAYSANS DE NOTRE-DAME-DES-LANDES

Nous nous sommes retrouvés 12 euréliens et euréliennes à rejoindre les 20 000 manifestants opposés à l'aayrault port de Notre-Dame-des-Landes ce samedi 9 janvier.

Une chose est sûre : cela fait du bien dans cette période de morosité de retrouver nos camarades que l'on a accueillis en Eure-et-Loir lors des tracto-vélos .

Cela fait du bien également de rencontrer des militants qui ont mené avec nous d'autres luttes : de nombreux anti OGM et anti nucléaires.

Tout cela ne peut que nous encourager à continuer sans relache nos combat écolos et citoyens là où nous vivons.

Dom. D.

PS : Vous trouverez ci-contre quelques photos de ce samedi, puis ci-dessous, pour mieux comprendre ce qui s'est passé en fin de manif une explication que j'ai trouvée sur REPORTERRE et enfin je vous livre les paroles de « Notre Dame des Oiseaux de fer » du groupe Hamon Martin Quintet pour terminer ce long message par de la poésie.


Extrait de reporterre.net :

Le blocage du périphérique nantais par plus de 80 tracteurs a prolongé samedi après-midi le grand rassemblement populaire au pont de Cheviré, à Nantes. Dans la nuit, face à des CRS surarmés, les paysans ont décidé de lever le camp pour éviter la violence. Une cinquantaine de tracteurs ont rejoint la ZAD, où une assemblée a lieu dimanche après-midi.

Les paysans, réunis dans le Copain 44 (Collectif des organisations professionnelles agricoles INdignées par le projet d’aéroport), avaient décidé mercredi soir de prolonger le blocage. Ils ne l’ont révélé que dans l’après-midi de ce samedi, créant la surprise. Ce ne sont donc pas les zadistes – faussement présentés par les politiciens de LR et du PS comme des « ultra-violents » - qui engagent le rapport de force, ni les opposants associatifs ou élus, mais les paysans. Ceux-ci ont été choqués par le lancement d’une procédure juridique visant à l’expulsion des quatre agriculteurs qui vivent historiquement sur la Zad ; cette procédure a été lancée par le promoteur Vinci, le porte-parole d’AGO-Vinci, Jean-François Bernard affirmant agir « à la demande de l'Etat *

Si le tribunal de Nantes accédait, le 13 janvier, à la demande de la multinationale, les quatre paysans devraient partir, sous peine d’une astreinte financière de 200 € par jour. Cette attaque vise le cœur historique de la lutte et symbolise le mépris dans lequel le pouvoir tient l’activité agricole. « Cela a été un mauvais coup sur la tête », dit Dominique Fresneau, porte-parole de l’Acipa, et cousin d’un des paysans visés par les promoteurs de l’aéroport, Sylvain Fresneau.

_____________

*Le projet de Notre-Dame-des-Landes et l'évacuation de la Zad semblaient avoir pris un coup dans l'aile, à cause d'une triple actualité : les attentats du 13 novembre (les forces de l'ordre ont eu d'autres priorités), la Cop 21 (pour éviter de multiplier les manifs écolos) et les régionales (pour ménager l'alliance délicate entre Verts anti-NDDL et socialistes pro-aéroport). L'alliance a échoué. La droite a gagné en Pays de la Loire.

Et le retour aux affaires courantes remet le dossier sur la table. Selon Jean-François Bernard, porte-parole d'AGO (Aéroports du grand Ouest - Vinci), « on est dans la reprise de ce qui est annoncé par l'État. On agit pour le compte de l'État... » Et sous l'impulsion du Premier ministre, chaud partisan du nouvel aéroport.



« Il faut arrêter de nous prendre pour des imbéciles »

Le porte-parole de Copain 44,(Collectif des organisations professionnelles agricoles INdignées par le projet d’aéroport), Vincent Delabouglise, explique le sens de l’action engagée :


Vincent Delabouglise - « Nous avons fait une requête très claire à Monsieur Hollande, à cette heure-ci [16h00], on n’a obtenu aucune réponse. La détermination paysanne est totale, la colère est très grande, on reste là et on attend une réponse de M. Hollande. Il a intérêt à nous répondre rapidement, car plus il attend, plus la colère monte. Il faut qu’il prenne la mesure de ce qui peut se passer.

Reporterre - A-t-il reçu le message clairement ?

Il y a eu un certain nombre de communications, et un comité de crise s’est réuni ce matin à l’Elysée, donc je pense qu’il est au courant.

Vers quelle heure attendez-vous une réponse ?

Quand ils veulent. Dès qu’on a obtenu nos exigences, on lève le camp.

Et s’il n’y a pas de réponse ?

Et bien ils verront. Mais ils prennent leur risque. Il faut arrêter de jouer, de nous prendre pour des imbéciles et de nous balader. On n’est pas aujourd’hui sur des questions futiles, on est sur du fond, sur des enjeux de société, qui concernent tout le monde. Nous, on ne lâchera pas. Ca fait sept ans qu’on demande une rencontre pour aborder le sujet sur le fond, et voir comment on peut en sortir, on n’a jamais reçu de réponse. La seule réponse, c’est des référés, c’est des forces de l’ordre.

S’ils envoient des forces de l’ordre pour dégager les tracteurs, ce serait sans doute de manière vigoureuse, voire violente. Les membres de Copain 44 sont-ils prêts à tenir face à ça ?

On ne résistera pas à des bulldozers. Il faut simplement qu’ils assument l’image que ça va donner. On est quatre cents tracteurs aujourd’hui, ce n’est qu’une petite partie de ceux qui pourraient se libérer. Si ça tournait à une tentative de nous virer par la force, beaucoup seraient prêts à venir pour nous aider. On est une tête de pont ici. Je pense pouvoir dire que la mobilisation serait intersyndicale large. Car là, on est sur une action paysanne, c’est vraiment les paysans qui bloquent.


NOTRE DAME DES OISEAUX DE FER



On veut du silence et du temps

On veut sortir à la lumière

On veut cultiver nos enfants

On veut cultiver nos terres

Notre Dame des Landes de terre

Notre Dame des chemins de l'eau

Notre Dame des oiseaux de terre

Notre Dame des vies et des sons

On ne veut pas de dents dedans

On ne veut pas des dents de fer

Pour les avions il n'est plus temps

On ne veut pas de votre enfer

Notre Dame des fils de fer

Notre Dame des routes et des ponts

Notre Dame des oiseaux de fer

Notre Dame des bêtes à béton

Du ciel est descendu le vent

Du ciel est descendu le vert

On ne veut pas qu'le ciel descende

Descende de morts et de fer

Pas de pistes aux oiseaux de fer

Pas de fer en place des oiseaux

Que c'est triste un monde sans chair

Que c'est cher un monde de sons

On a mis tant de temps de temps

On a mis tant de temps à faire

Et maintenant donnant donnant

Et maintenant faudrait défaire

La mort des fermes et du bocage

La mort des chemins des oiseaux

La mort du lait la mort de l'eau


L'autre jour en m'y promenant

J'ai vu le vol d'une hirondelle

J'ai vu qu'elle avait du tourment

C'était le retour du printemps



Paroles de Sylvain Gérard

Hamon Martin Quintet

 Du silence et du temps