ENSEMBLE FORUM 28

ENSEMBLE FORUM 28

ACCUEIL POLITIQUE/CITOYENNETÉ SOCIAL/LUTTES ÉCOLOGIE SOLIDARITÉS MONDE RÉTROVISEUR ENSEMBLE! AILLEURS SUR LES SITES CULTURE(S) AGENDA

CITOYENNETÉ

Constitutionnalisation de l’état d’urgence, déchéance de nationalité


Des citoyens d’E&L prennent la parole


  

     Le 20 janvier 2016 s’est tenue, à Chartres, une rencontre sur l’Etat d’urgence, la déchéance de nationalité, les valeurs de la République.

   

     Cette première rencontre a réuni une vingtaine de personnes provenant de secteurs variés : des citoyens, des adhérents de syndicats, d’organisations politiques de gauche, de plusieurs associations. La discussion a permis de confronter les appréciations de chacun sur les décisions du gouvernement qui ont suivi les attentats terroristes et sur l'état de la société française. Au cours du débat ont été évoqués le traumatisme subi par la population de notre pays et les réponses du gouvernement, jugées sécuritaires et autoritaires. Les participants ont constaté que les responsables de l’État et du gouvernement, et la plupart des médias, n’encourageaient les citoyens à la réflexion sur les causes multiples du terrorisme, dont la politique extérieure de la France et les choix économiques ne peuvent être écartés.

   

     L’efficacité des mesures prises et la révision constitutionnelle décidée par François Hollande nécessitent le débat démocratique, pas seulement  au niveau parlementaire. Certains ont estimé indispensable que la population de ce pays soit actrice d’un processus de réappropriation des valeurs qui fondent la République, avec le projet de ne laisser personne à l’écart, de donner des chances au vivre ensemble. L’état d’urgence ne peut devenir un état permanent et les droits d’opinion, d’expression et de réunion sont essentiels dans une démocratie.

 

     Il a été décidé d’approfondir la réflexion, de nouer des contacts avec les populations les plus fragiles du département, de préparer une ou des actions locales dont les formes doivent être renouvelées.


     Dans l’immédiat, l’assistance a décidé de traduire sa désapprobation des mesures choisies par le gouvernement - la prolongation de l’état d’urgence, la déchéance de nationalité et leur inscription dans la Constitution – en soutenant l’appel à manifester samedi 30 janvier à partir de la place de la République à Paris, à 14h30.


Prochaine réunion : le mercredi 2 mars à 18 h.

Salle de réunion à Champhol

(accessible par le local FSU, 3 rue Louis-Blériot)

Vous aussi, venez débattre!


Ces photos ont été prises lors de la grande manifestation du 12 décembre à l’occasion de la clôture de la COP21.