ENSEMBLE FORUM 28

ENSEMBLE FORUM 28

ACCUEIL POLITIQUE/CITOYENNETÉ SOCIAL/LUTTES ÉCOLOGIE SOLIDARITÉS MONDE RÉTROVISEUR POINTS DE VUE ENSEMBLE! AILLEURS SUR LES SITES CULTURE(S) AGENDA

EURE-&-LOIR : CHÔMAGE EN HAUSSE

DEUX ENTREPRISES LICENCIENT


En une semaine, on a appris des licenciements probables dans deux entreprises euréliennes.


D’abord, l’entreprise  de chargeurs frontaux pour tracteurs Faucheux de Lucé envisage la fermeture partielle ou totale du site (un autre, qui serait maintenu,  se situant à Neuville dans le Rhône). Au moins 30 emplois seraient supprimés dans cette entreprise créée il y a plus d’un siècle mais rachetée par le groupe américain Alamo (Texas) en 2002 et fusionnée avec l’entreprise SMA d’Orléans (équipements pour le fauchage et le débroussaillage) en 2008.


C’est aussi plus de 30 autres emplois qui vont disparaître à Vernouillet avec la mise en liquidation judiciaire et la fermeture annoncée du transporteur Huillet. En 2013, lors de la reprise de l’entreprise  par Virgine Jollard, celle-ci avait imposé l’abandon du 13e mois pour tous les salariés…



Voilà qui ne va pas vers « une inversion de la courbe du chômage » promise par le président Hollande. D’ailleurs les derniers chiffres publiés fin novembre par l’INSÉÉ pour le mois d’octobre font apparaître une croissance du chômage sur un an de 11,24 % pour l’Eure-&-Loir avec des chiffres particulièrement inquiétants pour les chômeurs de plus de 50 ans (+ 19,92 %) et le chômeurs depuis plus d’un an (+ 22,49 %).

Que vaut, dans ces conditions, l’embellie que l’organisme patronal du travail temporaire Prism’emploi nous vante ? L’emploi intérimaire a cru de 7,5 % en Eure-&-Loir en un an, entre octobre 2014 et octobre 2015. La précarisation des salariés voulue par le MEDEF est en marche.


Étranglé par les politiques austéritaires, le pouvoir d’achat en berne rejaillit directement sur l’emploi.


Un des leviers pour inverser la courbe serait de revenir aux 37,5 annuités pour bénéficier d’une retraite à taux plein. Une telle décision aurait un impact immédiat sur le chômage, permettant aux salariés d'avancer l'âge de leur retraite. Pour la tranche d’âge concernée de la population active (50-64 ans), la baisse du nombre d'années de cotisations de 41 à 37,5 années, soit 3,5 années, permettrait à 1,8 millions de personnes de « sortir » du marché de l'emploi. Pour mettre en place cette mesure, il faudrait augmenter les cotisations patronales de 5,25 %. Il en résulterait une augmentation de la qualité de vie pour 7,7 millions de personnes et une mesure concrète contre le chômage.

SOCIAL/LUTTES