ENSEMBLE FORUM 28

ENSEMBLE FORUM 28

ACCUEIL POLITIQUE/CITOYENNETÉ SOCIAL/LUTTES ÉCOLOGIE SOLIDARITÉS MONDE RÉTROVISEUR ENSEMBLE! AILLEURS SUR LES SITES CULTURE(S) AGENDA

Le FN et le Front de gauche :

pas du tout le même combat

Par Lilian Alemagna - 4 décembre 2015 - liberation.fr

Selon une étude de la Fondation Jean Jaurès, les électorats de Marine Le Pen et de Jean-Luc Mélenchon sont très différents et ne se recoupent pas.

Voici une étude à mettre entre les mains de certains éditorialistes et, à l’occasion, dans celles de Pierre Gattaz, le patron du Medef. Dans une note publiée en exclusivité par Libération, la Fondation Jean Jaurès tord le cou à la «porosité» supposée des électorats du Front national et du Front de gauche. «D’après nous, les idées suivantes : “le FN et le FG cherchent à attirer un même électorat” ; “il y a des transferts importants d’électeurs depuis la gauche radicale vers l’extrême droite” ; “le succès électoral actuel du FN causerait dans un même mouvement l’échec du FG", sont autant de préjugés et d’illusions», est-il écrit en introduction de cette étude réalisée par Chloé Alexandre, chercheuse à de SciencesPo Grenoble pour ce think-tank proche du Parti socialiste. De quoi contredire un paquet d’analyses tenues en son temps par le patron de l’ex-UMP, Jean-François Copé. 

Dans cette note de 14 pages, la Fondation Jean Jaurès dissèque les «demandes d’alternatives» que l’on retrouve chez les électeurs ayant voté Marine Le Pen ou Jean-Luc Mélenchon en 2012 et explique en quoi ils sont différents. D’un côté, ceux qui choisissent le bulletin de vote FN sont à la fois «antisystème» – «50% de ces personnes sont mécontentes à la fois du fonctionnement de la démocratie et des qualités des représentants politiques, contre 30% pour la moyenne de tous les électeurs» – très largement xénophobes et pensent, à 80%, «que la mondialisation est une mauvaise chose (contre 54% dans la population)». Mais «sur le plan de la demande pour une alternative des politiques économiques, les électeurs du FN y sont en réalité peu sensibles», souligne l’étude.

Au Front de gauche, «antisystème» mais «ouverts»

En revanche, ceux qui ont choisi cette alliance regroupant les amis de Jean-Luc Mélenchon, le Parti communiste et une frange de la gauche radicale issue du NPA, se positionnent différemment. Selon la Fondation Jean Jaurès, «les électeurs du Front de gauche ne sont pas sensibles à la question du système politique, ils ne sont pas spécialement “antisystème”. Ils sont un peu mécontents envers les représentants politiques, relativement satisfaits du fonctionnement de la démocratie. 30% seulement des électeurs du FG sont “antisystème”, ce qui correspond à la moyenne générale, et 11,7% des individus “antisystème” se tournent vers le FG, ce qui correspond à son score moyen». En ce qui concerne «les valeurs économiques», les soutiens du Front de gauche «partagent des valeurs égalitaristes à 78% et étatistes à 73%, et cumulent les deux caractéristiques dans 62% des cas (c’est-à-dire 20 points au-dessus de la moyenne de tous les électorats confondus)».

Quant aux questions d’immigration, «les électeurs du Front de gauche ne peuvent pas être qualifiés de fermés comme ceux du FN», explique l’auteur de l’étude. S’ils «rejettent l’idée que la mondialisation est positive à près de 70% […] les électeurs FG sont xénophobes à seulement 20%, plus de deux fois moins de la moyenne de tous les électeurs, et quatre fois moins que l’électorat FN». Pour le think-tank, «le Front de gauche fait donc un très mauvais score chez les “fermés” avec 5,7% seulement, mais un très bon chez les électeurs qui rejettent la mondialisation mais ne sont pas xénophobes avec 24,1%».

Pas d’union possible des «souverainistes»

Ainsi, poursuit l’étude, «il est très peu probable que le FN ait pu “détourner” à son profit des électeurs potentiels» des communistes ou du Parti de gauche et «l’interprétation du résultat de Marine Le Pen comme le succès d’une entreprise de séduction d’électeurs de gauche est donc fausse». «Elle n’a attiré parmi eux uniquement ceux aux valeurs xénophobes, qui sont en valeur réelle très peu nombreux. Si des transferts ont eu lieu, ils proviennent plutôt des électeurs de droite en 2007 qui du fait de leur opinion antisystème et xénophobes se sont recentrés sur un vote FN», peut-on encore lire dans ces travaux. En conséquence, «l’opposition sur l’immigration rend difficilement possible, sinon impossible, l’union des “souverainistes des deux bords”», voulue par l’économiste Jacques Sapir : «La connotation nationaliste et xénophobe qu’entendent le FN et ses électeurs dans leur argumentaire souverainiste est incompatible avec le rejet de l’ouverture pour motif antilibéral du Front de gauche et de ses électeurs qui sont par ailleurs très accueillants envers l’immigration.»

Pour la Fondation Jean Jaurès, la «différence de dynamique du FN et du Front de gauche» réside ainsi dans «la capacité de ces organisations politiques respectives à mobiliser leur électorat potentiel respectif» : «Quand le Front de gauche ne peut espérer séduire qu’au sein des électeurs de gauche, le Front national peut être concurrentiel à la fois chez les électeurs de droite, mais aussi et surtout chez les individus rejetant la gauche et la droite, une catégorie qui lui est largement acquise.» D’après le think-tank, là où le FN cartonne auprès des personnes se déclarant «antimondialisation et xénophobes», le Front de gauche a du mal à séduire dans l’électorat «antimondialisation et non xénophobe» qui reste encore bien accroché au PS et aux écologistes. L’étude se montre ainsi sévère avec la stratégie du Front de gauche, «qui a surtout été de pointer la conversion du PS au social libéralisme et de se présenter en tant que véritable représentant de l’alternative au libéralisme et gardien face à la mondialisation libérale. Ils montrent que ce discours n’a pas été audible et/ou bien accepté par les électeurs». La preuve par les dernières élections européennes et, demain, celles des régionales.


Voir l’article sur le site >>> http://www.liberation.fr/france/2015/12/04/le-fn-et-le-front-de-gauche-pas-du-tout-le-meme-combat_1418300


AILLEURS SUR LES SITES