LE FRONT NATIONAL :

DU PROGRAMME À LA RÉALITÉ


Centre-Val de Loire : un programme rétrograde,  diviseur et raciste


Le Front national peut gagner des régions dimanche prochain qui s’ajouteraient aux 62 sièges de conseillers départementaux et aux  mairies qu’il dirige depuis les élections de 2014 et 2015. Ses candidats ont présenté un programme  qui mérite d’être étudié mais aussi d’être éclairé par la gestion que les élus FN assurent déjà dans des collectivités. Le livret de 8 pages distribué dans la région Centre-Val de Loire aborde plusieurs domaines. Choisissons quelques grands  axes.

> L’emploi est traité du point de vue du soutien aux TPE et PME et non des grandes entreprises. Le FN a choisi de s’adresser aux habitants des secteurs ruraux et aux amoureux des métiers artisanaux et du terroir. Photos à l’appui.

> L’aide financière à l’installation de médecins, les maisons de santé et de retraite concernent aussi essentiellement le secteur rural. Le FN ne parle pas des métropoles imposées par l’Europe et le gouvernement et il ne prend pas position sur les causes de l’isolement grandissant du secteur rural.

> Le thème des services publics est étrangement réduit à celui de la sécurité : dans les gares, les trains. Rien sur l’amélioration du réseau.  La sûreté « au sein des lycées », est présentée comme la « condition essentielle de l’épanouissement et de la réussite des élèves » ! Il n’est pas question de construction ou d’équipements des lycées, de l’orientation, des universités, ni d’offrir de tarifs réduits pour lycéens et étudiants et populations dans la précarité.

> Plus loin l’emploi des jeunes n’est relié qu’aux lycées professionnels (publics ou privés ? la distinction n’est jamais faite) et surtout à l’apprentissage, décrit comme totalement dépendant des « besoins et des attentes » des professionnels de la région. C’est une aberration économique et humaine.

> L’agriculture n’évoque que de petites exploitations,  les circuits courts, le bio et les produits locaux. Le FN puiserait son inspiration chez les écologistes ? Cependant rien n’est dit des grandes exploitations extensives ou de l’élevage industriel qui pourtant caractérisent en grande partie notre région et polluent particulièrement les sols et l’air, détruisent la biodiversité. Le FN ne connaît rien aux questions environnementales.

> Une seule image de quartier populaire urbain, défiguré par un bidonville, illustre un texte sur les clandestins et les associations qualifiées de « communautaristes », notion anglo-saxonne non constitutionnelle en France. Le rejet de l’autre, le pauvre et l’étranger, s’étale sans complexe. Une phrase peut inquiéter plus largement de nombreuses associations : « …toutes les associations communautaristes et  politisées  se verront refuser les subventions régionales ». On y reviendra.

> Pour la culture ce sera aussi le choix du patrimoine traditionnel, d’une culture sensée être populaire, des « identités locales ». Il n’est pas question de création, d’arts contemporains, encore moins de liberté de la création artistique.

> Un thème parcourt le document, celui des dépenses inutiles, des gaspillages. Les solutions financières sont claires : réductions des dépenses et suppressions d’emplois de fonctionnaires territoriaux, non financement des « formations inutiles ». Le tout assorti d’une pause fiscale puis de la promesse de baisses d’impôts.  On ne trouve aucune mention de la richesse inégalement partagée dans ce pays comme dans le monde, aucune remise en cause des exigences européennes concernant la réduction de la dette publique des pays. C’est étonnant pour un parti qui a dans son programme national la sortie de l’Euro. Le FN s’invente de toutes pièces une image  de bon gestionnaire qui lui a largement fait défaut dans les années 90 dans les quelques villes qu’il dirigeait.

> Enfin une page fait connaître des exemples de mesures prises dans des villes gérées par le FN qui se termine sur l’idée de laïcité, en mettant en valeur, notamment, le refus de projets de construction de « nouveaux lieux de culte ».

Quand le Front national dirige des villes

POLITIQUE

Dans les années 2000  il a été reproché au FN sa gestion dispendieuse de plusieurs villes et la justice a dû intervenir pour des détournements de fonds publics par certains élus. La politique municipale se caractérisait par la « préférence nationale ». Le social, pour le FN, demeurait centré sur quelques groupes : les classes moyennes plutôt que les exclus, les Français plutôt que les immigrés. Quant à la culture, elle était surveillée.

Depuis mars 2014, l’extrême droite dirige 11municipalités. Petit florilège de mesures frontistes :

o La sécurité est considérée comme la première des libertés. Le maire de Béziers arme la police municipale et fait afficher qu’elle a un nouvel ami…

o Dans cette même ville,  le budget de communication explose.

o Mais des économies financières sont  à l’ordre du jour partout ailleurs, des emplois publics sont supprimés. Ces mesures d’austérité sont dans la ligne des politiques de droite et du gouvernement socialiste.

o Au Pontet, le maire supprime la gratuité de la cantine scolaire pour les plus pauvres sous prétexte que « Ceux qui sont démunis ont des allocations (…) qui peuvent leur permettre de payer la cantine »,

o A Mantes-la-Ville et à Hénin-Beaumont, des associations sont privées de locaux ou de subventions, au prétexte qu’elles sont « politisées » (la Ligue des droits de l’Homme, par exemple). La candidate, Marion Maréchal, a fait savoir qu’elle supprimerait les subventions au planning familial, au motif que « ce sont des associations politisées, qui véhiculent aujourd’hui une banalisation de l’avortement ».

o Le livret d’une exposition a été retiré à Villers-Cotterêts et la conférence supprimée parce qu’une œuvre symbolisait la montée de l’extrême-droite.

o Le thème de la laïcité est dévoyé : dans des écoles, le menu de substitution est supprimé, ciblant les enfants musulmans et juifs. Des projets de construction de mosquées sont gelés.

Une des fonctions du discours raciste : commencer par prétendre que « seuls les étrangers » bénéficient des droits sociaux, pour accréditer l'idée que ceux-ci ne sont que de l' « assistanat » et ensuite les détruire pour tous. Il ne fait aucun doute que les thèses du Front national entraîneraient, si elles étaient appliquées dans plusieurs régions et en 2017 au niveau du pays, un accroissement de la pauvreté, des conflits entre les catégories sociales, la privation de libertés à tous niveaux.

 

Il est important de mettre en lumière les impostures et le grave danger que représente le Front National.


Ne nous laissons pas tromper!


Nuages noirs et bidonville, tout pour faire peur

(Photo scannée sur le programme du FN)

Photomontage capturé sur Youtube

ENSEMBLE FORUM 28

ENSEMBLE FORUM 28

ACCUEIL POLITIQUE/CITOYENNETÉ SOCIAL/LUTTES ÉCOLOGIE SOLIDARITÉS MONDE RÉTROVISEUR ENSEMBLE! AILLEURS SUR LES SITES CULTURE(S) AGENDA