RÉTROVISEUR


La foire des barricades ?




Les vœux 2016 de J.-P. Gorges et de ses colistiers à la mairie de Chartres, qui ont occupé les panneaux publicitaires en ce début d’année, ont ravi ses partisans et indigné ses adversaires.


Le bouillant édile a prouvé, une fois de plus, qu’il était sans complexes en posant avec ses conseillers dans un remake du célèbre tableau d’Eugène Delacroix connu sous les nom de La Liberté guidant le peuple mais d’abord exposé en 1831 sous le titre Scènes de barricades. L’idée serait de Mathilde Gorges, chargée de communication.


L’œuvre du peintre romantique, conçue il y a bientôt deux cents ans, a acquis une symbolique que personne ne peut ignorer, et certainement pas le maire de Chartres. Reproduite, entre autres, sur des timbres poste ou des billets de banque, la femme qui en constitue la figure centrale est utilisée comme le symbole de la Liberté ou de la République (bonnet phrygien réactualisé au temps de la Révolution française).


Aussi, quand on fait référence à une telle œuvre, on s’expose à être comparé à l’original.


Remarquons d’abord, qu’il n’est point question ici de barricades, pas de poutres, de palissades démantelées, de pavés descellés mais des objets bien propres, bien lisses, bien banals.


Pas de cadavre non plus ! Ni de pauvre, ni d’ouvrier en bleu, Chartres n’est pourtant pas dépourvue de ces populations défavorisées qui occupent une partie de la toile de Delacroix.

Les personnages du tableau ont un regard intense dirigé vers leur but : défaire les troupes de Charles X qui vient d’instaurer une impitoyable censure de la presse et renforcer le caractère censitaire des élections. À l’inverse, nos conseillers chartrains regardent dans toutes les directions et leur chef (mais est-ce un hasard ?) ne leur accorde aucune attention, tant il est absorbé par une vision, qu’on pourrait croire divine vu l’importance de la cathédrale en fond de la composition. Rien du regard entraînant qu’adresse la Liberté à ses compagnons de barricade !


C’est donc logiquement que le buste minéral de Marianne ne dépasse pas la ceinture du maire ! Cela correspond-il à cette volonté exprimée par Karine Dorange, 3ème adjointe, dans l’Écho du 4 janvier « de mettre en avant certaines valeurs » ? « Les Républicains » faisant allégeance à la France catholique éternelle ?


Si l’on pousse plus loin la comparaison, il faut savoir que le tableau est inspiré à Delacroix par l’insurrection des 27, 28 et 29 juillet 1830, connue sous le nom des « Trois glorieuses », qui met un coup d’arrêt à la volonté de Charles X et de l’aristocratie de restaurer complètement la monarchie des Bourbons en abolissant la Charte constitutionnelle de 1814. Pour autant, si le peuple laborieux est l’acteur essentiel de ces journées (6000 barricades, 2000 morts, 5000 blessés, à 90 % des insurgés), c’est la grande bourgeoisie commerçante et industrielle, inquiète du mouvement populaire, qui tire les marrons du feu, en réussissant à imposer Louis-Philippe plutôt que la République.


Delacroix, qui a bénéficié des commandes royales, et en bénéficiera encore sous la Monarchie de Juillet, est à l’image de ces libéraux méfiants du peuple mais admiratifs de son courage. Resté prudemment chez lui lors de ces journées, il écrira : « si je n’ai pas vaincu pour la patrie, au moins peindrai-je pour elle ».


Finalement, le happening de Jean-Pierre Gorges n’est peut-être pas si incongru que d’aucuns ont pu le penser : se réclamer des valeurs de liberté et d’égalité pour les mettre au service d’un libéralisme économique maintes fois revendiqué.


L’affiche signée Aurélia Thévenin(*) est bien fade comparée à la force de la peinture de Delacroix.


Pour ses vœux 2017, nous proposons à Jean-Pierre Gorges de s’inspirer de l’œuvre de Richard Orlinski reproduite ci-contre, dont l’imitation ne devrait susciter l’ire ni des laudateurs du maire de Chartres, ni de ses contempteurs.


_______



Note :

* Aurélia Thévenin, auteure de la photo, est collaboratrice du célèbre photographe Gérard Rancinan installé au CM101 du Coudray depuis l’année dernière.






Pour des raisons de droits, nous ne pouvons reproduire le tableau  de Delacroix en couleurs. En cliquant ici, vous le verrez sur le site du Louvre.

ENSEMBLE FORUM 28

ENSEMBLE FORUM 28

ACCUEIL POLITIQUE/CITOYENNETÉ SOCIAL/LUTTES ÉCOLOGIE SOLIDARITÉS MONDE RÉTROVISEUR ENSEMBLE! AILLEURS SUR LES SITES CULTURE(S) AGENDA