ENSEMBLE FORUM 28

ENSEMBLE FORUM 28

ACCUEIL POLITIQUE/CITOYENNETÉ SOCIAL/LUTTES ÉCOLOGIE SOLIDARITÉS MONDE RÉTROVISEUR POINTS DE VUE ENSEMBLE! AILLEURS SUR LES SITES CULTURE(S) AGENDA

SOCIAL/LUTTES

Interview de Dominique Chéron-Prier,

co-secrétaire du SNUTER-FSU 28 :


« Le Conseil départemental doit abandonner ce projet doctrinaire, injuste et inefficace ! »



ensemble.forum28.net (E!F28.net) : Les employé.e.s du Conseil départemental (CD) sont engagé.e.s dans un conflit social avec leur « patron » qu’est le Président du conseil départemental. Pouvez-vous  résumer ce qui est à l’origine du désaccord ?

Dominique Chéron-Prier (D.C.-P.) : Le Conseil départemental a décidé de revoir la gestion et l’organisation du temps de travail de ses agents notamment en modifiant le cycle hebdomadaire, engendrant des suppressions de RTT. Jusqu’à présent les salariés du Conseil départemental travaillant 39 h. par semaine au lieu de 35, cela leur générait 20 jours de RTT. Ce que veut faire le CD c’est de nous faire travailler 37 h. 30 par semaine ce qui ne génèrerait plus que 12 jours de RTT pour 18 min de moins par jour. En plus de cela, le CD souhaite la diminution, pour certains métiers, des jours de compensation inhérents à des sujétions particulières, prévus par la loi du fait du travail en cycle ou de la pénibilité de certains métiers.

E!F28.net : Il y a beaucoup de salarié.e.s au CD ? Quelles catégories de personnels sont concernées par le changement voulu par les élus ?

D.C.-P. : Tous les personnels sont touchés pour ce qui est de la mesure générale. Pour ce qui est des sujétions particulières sont notamment touchés les agents des routes, les travailleurs sociaux ou encore les médiateurs culturels du musée du COMPA. Ainsi, cette mesure engendrerait notamment :

- une durée hebdomadaire imposée de 37 h 30 et par voie de conséquence la perte de 8 jours ARTT pour tous ;

- le retrait, en plus, de jours ARTT de jours au titre de sujétions particulières (de -1 à -3) pour les 219 travailleurs sociaux qui travaillent en horaires décalés ;

- un retrait supplémentaire de 2 jours, au titre de sujétions particulières,  pour les agents du Compa qui travaillent régulièrement le dimanche ;

- le refus total d’attribuer des jours, au titre de sujétions particulières, pour le personnel de PMI sur le terrain pour compenser les horaires décalés effectués (alors que le texte le prévoit pour tous) ;

- le refus total d’attribuer des jours au titre de sujétions particulières pour le personnel «de terrain» et de médiation culturelle du Service Archéologie pour pénibilité reconnue, au même titre que le personnel des collèges et des routes ;

- la restriction du nombre de récupérations pour les heures supplémentaires effectuées, alors que toute heure supplémentaire effectuée doit être récupérée ou rémunérée ; rigidité dans le mode de récupération ; 

- l’obligatoire annualisation du temps de travail des agents des routes non satisfaisante avec, là-encore, la perte de jours au titre de sujétions particulières ;

- l’interdiction pour les agents des routes de prendre des jours ARTT ou de récupération au cours des mois de mai, juin, juillet et sous réserve des nécessités de service pour le mois d’août.

« Outre la  FSU, sont présents au Conseil départemental d’Eure-&-Loir, la CDFT, la CGT, FO et l'UNSA. Les cinq syndicats sont mobilisés ensemble contre la mise en place de ce futur règlement du temps de travail. »

Dominique Chéron-Prier,

co-secrétaire du Syndicat Unitaire des Territoriaux  FSU 28

E!F28.net : Quelles actions avez-vous menées ? Est-ce que ces actions ont été bien suivies par les personnels ?

D.C.-P. : À plusieurs reprises,  notamment au travers dejà de deux mobilisations de plus de 500 collègues, les agents et les organisations syndicales ont fait connaître leur opposition à ce projet. Par ailleurs, 1028 agents (sur 1695 que compte la collectivité) ont signé la pétition contre la mise en place de ce projet.

E!F28.net : D’après  les explications que vous recevez de vos supérieurs quel est l’objectif recherché ?

D.C.-P. : La démarche nous est présentée avec trois objectifs : répondre mieux aux besoins des usagers, récupérer des « équivalent temps plein » (ETP) ce qui serait un maillon nécessaire de la pérennité du Département et rebalayer les jours supplémentaires inhérents à des sujétions spécifiques pour voir s’ils sont toujours d'actualité et si c’est équitable entre les différents métiers.

E!F28.net : Pourquoi n’êtes-vous pas d’accord avec ces explications ? Que chercheraient  les élus du CD ou le Président lui-même ?

D.C.-P. : Nous n’avons eu de cesse de dénoncer au travers des mobilisations la perte de jours de RTT mais également l'absence totale de plus-value pour le fonctionnement des services, pour les usagers et pour la pérennité du Département. Les élus ne cherchent qu’à recupérer ce qu’ils appellent des ETP pour pouvoir encore diminuer la masse salariale ! Pour mémoire, entre 2012 et 2015 : 54 postes supprimés dans la collectivité et lors du budget primitif 2016 : 25 départs non remplacés

E!F28.net : Quelles seraient les conséquences de ces nouveaux horaires, les usagers ne seraient-ils pas gagnants ?

D.C.-P. : Alors qu’avec l’amplitude actuelle le service a toujours pu, malgré des conditions de travail de plus en plus difficiles, être réalisé,  les permanences tenues et le public accueilli, il n’en sera pas de même si le nouveau règlement s’appliquait puisqu’on va diminuer la durée de l’accueil tous les jours ! Donc, pas plus de service pour les usagers malgré ce qu’on veut nous faire croire, voire moins :  pour l’accueil du public ça fait 18 min de moins par jour donc, parfois, un usager reçu en moins, voire plus sur les permanences qui ont lieu loin de Chartres. Quant aux agents, ils ne pourront pas faire grand-chose des 18 min. Les collègues, un certain nombre de fois épuisés, tiennent le coup grâce à la perspectives de temps de repos chez eux !

E!F28.net : Vous avez formulé d’autres  propositions ?

« Pour mémoire, entre 2012 et 2015 : 54 postes supprimés dans la collectivité et lors du budget primitif 2016 : 25 départs non remplacés»

D.C.-P. : Bien sûr ! Il nous semblait que l’amplitude d’accueil, si vraiment certaines heures nécessitent plus d’agents que d’autres, pouvait être revue sans modifier la quotité hebdomadaire des collègues. Si économie il doit y avoir, ce qui reste par ailleurs à débattre, ce ne doit pas être sur le dos des salariés de la collectivité qui, pour le plus grand nombre, sont très loin de l’opulence de certains de leurs détracteurs. Nous ne sommes pas une variable d'ajustement.

Pourquoi dis-je « si économie il doit y avoir, ce qui reste par ailleurs à débattre » ? Eh bien, si les collectivités cherchent à faire des économies pour pallier la baisse des dotations et le désengagement de l’État par des transferts non ou mal compensés cela vient d’un problème de répartition des richesses et d’évasion fiscale. Tout l’argent qui circule dans les nébuleuses financières pour finir dans des paradis fiscaux, c’est de l’argent en moins pour les services publics. L’école, la santé, la justice et, pour ce qui concerne les Conseils départementaux, la protection de l’enfance, la culture, les collèges, les politiques en matière de handicap ou de vieillesse ont tant besoin de cet argent qui s’échappe encore malgré ce que tentent de nous faire croire les gouvernements Sarkozy hier et Hollande aujourd’hui !


« Tout l’argent qui circule dans les nébuleuses financières pour finir dans des paradis fiscaux, c’est de l’argent en moins pour les services publics.»

E!F28.net : Alors, à quand  le verdict ?

D.C.-P. : Un nouveau Comité Technique a été programmé le 24 juin après-midi avant le vote par l’assemblée départementale le 27 juin prochain. Mais, NOUS NE LÂCHONS RIEN ! Deux nouvelles mobilisations sont prévues : le 24 juin à 13 h 30 lors du comité technique, à l’Esplanade Martial Taugourdeau pour redire notre refus de cette organisation imposée. Mais également un rendez-vous incontournable, le lundi 27 juin dès 8h30 lors de l’Assemblée départementale, jour du vote du futur règlement, Place Châtelet. Le Conseil départemental doit abandonner ce projet doctrinaire, injuste et inefficace !


Conflit social au Conseil départemental




POUR LIRE L’AVIS DE DOMINIQUE CHÉRON-PRIER APRÈS L’ASSEMBLÉE DÉPARTEMENTALE DU 27 JUIN, CLIQUER ICI