ENSEMBLE FORUM 28

ENSEMBLE FORUM 28

ACCUEIL POLITIQUE/CITOYENNETÉ SOCIAL/LUTTES ÉCOLOGIE SOLIDARITÉS MONDE RÉTROVISEUR POINTS DE VUE ENSEMBLE! AILLEURS SUR LES SITES CULTURE(S) AGENDA

SOCIAL/LUTTES


RASSEMBLEMENT DEVANT LE COLLÈGE JEAN-MOULIN


« Ne pas sacrifier la scolarité des élèves

sur l’autel des intérêts économiques »


Une quarantaine de personnes se sont réunies mercredi 13 décembre à midi devant le collège Jean-Moulin de Chartres à l’appel du Collectif Jean-Moulin qui regroupe les syndicats enseignants et les parents d’élèves.

Pierre Licout, pour la FSU, a d’abord pris la parole. Il dit en substance que le Conseil départemental revient à la charge pour la troisième fois avec une fermeture « transitoire » du collège Jean-Moulin à la rentrée 2018 en vue d’une réouverture sur le site de l’ESPÉ à la rentrée 2020. Élèves et professeurs seraient dispersés sur les différents collèges de l’agglomération. Cette proposition est inacceptable, pour la FSU et le collectif pour plusieurs raisons :

1. Nous n’avons pas la preuve de l’urgence qu’il y a à fermer ce site. S’il doit y avoir déplacement, il doit se faire de murs à murs.

2. Le collège Jean-Moulin est un modèle de mixité sociale à travers le travail fait par la communauté éducative. Or, le projet du Conseil départemental de réaffectation des élèves va à l’encontre de cette mixité.

3. Les deux premières tentatives de fermeture ont été retoquées à la demande de l’État. La Rectrice avait argué que l’affectation des élèves était du ressort de l’État et non du Conseil départemental et avait gagné au Tribunal administratif en faisant valoir que le projet était contraire à la mixité sociale. Or, la Préfète, qui a reçu une délégation du collectif hier soir [12-12-2017], appuie cette fois le projet alors qu’il n’intègre pas plus de mixité sociale que le précédent. « La représentante de l’État en a fait le service après-vente. Nous sommes scandalisés. »

« On ne doit pas scarifier la scolarité des collégiens sur l’autel des impératifs économiques [l’ouverture d’un show room de la Cosmetic Valley]. Il faut arriver à concilier les deux.  Il faut permettre à ce collège de rester encore ouvert le temps que le futur site soit aménagé. Or ce n’est pas le cas. »



Les prochaines dates



« Continuons à nous battre »


Pascale, pour le SGEN-CFDT, renchérit : « Il faut que nous continuions à nous battre pour la reconnaissance de la légitimité de notre combat, c'est-à-dire éviter l’éparpillement des enfants au nom d’intérêts fortement discutables. Nous accueillons ici des enfants pour leur permettre le meilleur épanouissement, la meilleure réussite scolaire, le meilleur apprentissage du vivre ensemble quelle que soit leur communauté d’origine. Nous formons également les citoyens de demain qui, pour ce qui reste de notre démocratie, auront des choix à faire. »


Absence de concertation


La représentante des parents d’élèves note que ce qui inquiète ce sont les projets familiaux de toutes les familles concernées. « L’incertitude pèse depuis trois ans, les familles ne sont jamais informées. C’est le collectif qui informe. Cette incertitude n’est pas supportable. Jamais les familles n’ont été concertées, malgré les promesses, au sein du Conseil d’Administration. Nous ne comprenons pas l’urgence de ce déplacement sur les autres collèges pour gonfler les effectifs qui plus est. C’est inacceptable de faire de gros collèges usines. »

Non au chantage à l’emploi


Le délégué CGT-Éduc’action revient sur les arguments économiques développés par la Préfète pour justifier l’urgence du transfert du lieu à la Cosmetic Valley : 6 000 créations d’emplois, un pôle universitaire avec des Instituts de pointe dans la chimie… Mais il rappelle le million d’emplois, qu’on attend encore, promis par le MEDEF en échange du CICE (crédit d’impôts). Pour les pôles universitaires, il montre, qu’au contraire, la loi sur l’autonomie des universités réduit ces pôles sur les villes moyennes comme Chartres. Et il conclut : « Il faut arrêter de croire à ce chantage à l’emploi qu’on nous fait en permanence. Il faut se battre pour un service public de qualité qui travaille vraiment pour et avec les élèves. »



Le rassemblement se clôt sur un cri jailli de la foule sous les applaudissements « Non à la fermeture du Collège Jean-Moulin ! »

Les porte-paroles des parents d’élèves et de la FSU